Affaire PPDA : l’une des plaignantes prend la parole après le classement sans suite de l’enquête

·1 min de lecture

L'enquête portant sur les accusations de viol proférées à l'encontre de Patrick Poivre d'Arvor par plusieurs femmes n'est pas parvenue à la conclusion que les plaignantes escomptaient. Alors que l'ancien présentateur du JT de 20h de TF1 était visé par huit plaintes, celles-ci ont finalement toutes été classées sans suite par le parquet de Nanterre le vendredi 25 juin 2021. Première femme à avoir porté plainte contre le journaliste, l'écrivaine Florence Porcel a engagé une nouvelle procédure judiciaire contre Patrick Poivre d'Arvor le même jour. Pour sa part, la journaliste Cécile Delarue a pris la parole sur Twitter, afin de dénoncer la décision du parquet de Nanterre.

"Nous sommes donc 23. 23 à avoir pris du temps, à avoir tourné 7 fois notre témoignage dans notre tête, à avoir hésité, stressé, angoissé…", a débuté celle qui avait évoqué en mars 2021 sa peur de croiser Patrick Poivre d'Arvor dans l'ascenseur lorsque ce dernier officiait encore chez TF1. "Nous sommes 23 à avoir parlé, 8 à avoir porté plainte. Je voudrais qu’aujourd’hui la nouvelle de ce classement sans suite ne vous fasse pas oublier cela. Que pendant des années ces femmes ont vécu avec cette histoire visqueuse qu’il ne fallait pas raconter parce qu’elle concernait une des personnalités préférées des Français," a ajouté Cécile Delarue, qui évoque ici le fait que 23 femmes ont affirmé avoir été victimes de viol durant l'enquête menée sur Patrick Poivre d'Arvor.

"Je ne sais pas si la parole s’est vraiment libérée, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles