Affaire PPDA : cette phrase qu'aurait prononcée Gilles Bouleau à l'une des plaignantes

Lundi 9 mai 2022, le média Mediapart a publié une vidéo sur sa chaîne Youtube, dans laquelle 18 femmes accusant Patrick Poivre d'Arvor de violences sexuelles et de viol étaient présentes. Parmi les plaignantes, la journaliste Hélène Devynck, qui a dévoilé un témoignage assez glaçant, notamment sur le silence de TF1. En effet, elle qui travaillait sur la première chaîne, dans les années 90, assure avoir averti de nombreux confrères des agissements de l'ancien présentateur du 20 heures. Elle confie alors avoir prévenu un certain... Gilles Bouleau : "Les gens de TF1 aujourd'hui, moi je les ai vus, j'ai vu Gilles Pélisson [actuel PDG de la chaîne ndlr.], j'ai vu Thierry Thuillier [directeur de l'information du groupe ndlr.], j'ai parlé à Gilles Bouleau, c'est le premier à qui j'ai parlé à TF1 avant de témoigner publiquement".

Toujours selon ses dires, l'acolyte d'Anne-Claire Coudray l'aurait tout de suite crue : "Il m'a dit 'je ne tombe pas de l'armoire'. Et là c'est compliqué, parce que quand on vous dit 'je ne tombe pas de l'armoire', ça veut dire qu'est-ce qu'on savait sans savoir, qu'est-ce qu'on voyait sans voir", a-t-elle expliqué. Selon Hélène Devynck, ils seraient nombreux à avoir qualifié un jour Patrick Poivre d'Arvor de "séducteur. Tout TF1 dit aujourd'hui 'on savait que c'était un dragueur, qu'il était lourd, qu'il était compulsif, mais on n'a pas vu les viols'. Ils ont raison, simplement ils sont obligés de s'interroger sur 'qu'est-ce-que ça veut dire un dragueur ?'". (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles