Affaire Richard Berry : la phrase glaçante de Coline Berry à propos de son père

·2 min de lecture

Chaque jour apporte son lot de révélations glaçantes au sujet de ce que l'on appelle l'affaire Richard Berry. L'acteur est accusé par sa fille aînée Coline d'avoir commis l'inceste lorsqu'elle était âgée de six à dix ans. Une plainte pour "viols, agressions sexuelles et corruption de mineur" a d'ailleurs été déposée auprès du procureur de la République de Paris contre l'homme de scène, le 24 janvier 2021. Une action en justice que la concernée a justifié auprès de France Info : "C'était ça ou je crève. J'ai besoin de la reconnaissance des faits. J'ai simplement besoin que la réalité, la vérité soient mises en face, que la loi soit mise en face de ce que j'ai vécu." L'entourage de la famille n'a pas attendu ces explications pour choisir son camp, mais cette prise de parole a encouragé certains protagonistes de cette affaire à faire entendre leurs positions. C'est le cas des avocats de la défense, comme de la plaignante, qui ont été invités sur les plateaux de télévision, lundi 15 février 2021. Et leurs témoignages ont occasionné de nouveaux éclairages, notamment sur ce "besoin vital" pour Coline Berry de mettre des mots sur son calvaire.

Interrogée par Anne-Elisabeth Lemoine dans C à Vous, l'avocate de la plaignante a expliqué que sa cliente avait mal vécu le fait d'être répudiée par son père. "Elle a été mise de côté. Elle a un traitement qui est différent de celui de ses deux soeurs. C'est très révélateur", a confié Maître Karine Sheboba, avant d'effectuer un parallèle entre la vraie vie et la fiction avec la pièce de théâtre Une nouvelle, dont Richard Berry endossait le rôle principal. Car, un événement aurait encouragé Coline Berry à faire entendre sa voix. "Au moment où elle est elle-même enceinte et qu'elle s'est rendue compte que son père avait mis enceinte une autre femme, elle a eu d'un coup une remontée de tout, a expliqué la femme de droit." Et de poursuivre avec cette phrase terrible : " Et elle me disait : ’J'ai eu le sentiment qu'il pouvait être aussi le (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite