Affaire Richard Berry : pourquoi Pascal Praud a perdu ses nerfs face à l'avocate de l'acteur

·2 min de lecture

Il y a encore eu du grabuge sur le plateau de L'heure des pros sur CNews, lundi 15 février 2021. Une habitude tant Pascal Praud a bien du mal à contenir des invités particulièrement indisciplinés. Le présentateur de la chaîne d'information recevait l'avocate de Richard Berry, Maître Sophie Obadia, laquelle souhaitait réagir aux propos, le matin même sur Franceinfo, de Coline Berry qui apportait de nouvelles révélations sur l'inceste dont elle dit être victime. Mais l'entretien ne s'est pas vraiment déroulé comme prévu. Car, dès le début de son intervention, la défenseur des intérêts de la fille du comédien a reproché à son hôte d'avoir effectué un amalgame entre les affaires Duhamel et Berry. "D'abord la première chose que j'ai envie de vous dire, Pascal. C'est que vous ne pouvez pas mélanger comme vous venez de le faire : Duhamel, Berry... C'est pas du tout les mêmes affaires. Dans l'esprit des gens, ce sont des affaires comparables", a-t-elle lancé à l'animateur des débats, qui ne s'est pas laissé faire face à la verve de son interlocutrice.

"Je n'ai pas du tout mélangé, pardonnez-moi ! J'ai dit : 'on écoutera 3 témoignages'. Attendez... Non non, je n'ai jamais mélangé. Ce sont des procès, ne commencez pas comme ça, parce que je n'ai pas mélangé", a-t-il répondu, refusant un procès d'intention. Le ton était donné, et le bras de fer s'est poursuivi pendant le reste de l'émission, chacun campant sur ses positions. "J'ai annoncé le sommaire de l'émission en disant on écoutera 3 témoignages aujourd'hui", s'est à nouveau défendu celui qui est souvent au cœur de polémiques.

Pas de quoi décontenancer l'avocate, sûre de son fait et inflexible. "Vraiment je tiens à le dire, car même si je n'étais pas l'avocate de Richard Berry, je vous dirais la même chose. Chaque affaire est différente. On ne peut pas les amalgamer sous un titre commun (...) La présentation qui consiste à dire : Duhamel, Berry, Pulvar dans la même phrase, ce ne sont pas les mêmes affaires du tout", a-t-elle (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite