Affaire Troadec : ces chiffres macabres concernant les corps des victimes

·1 min de lecture

“Des actes de barbarie, d’une cruauté rarement égalée.” Mercredi 7 juillet 2021 s’achève le procès d’Hubert Caouissin et de son ex-compagne Lydie Troadec, devant la cour d'assises de la Loire-Atlantique. Une dernière journée d’audience, pendant laquelle les plaidoiries de la défense seront entendues. Pour rappel, les deux accusés sont jugés pour le quadruple meurtre d’Orvault – qui a coûté la vie d’une famille entière, à savoir Pascal et Brigitte Troadec, ainsi que leurs deux enfants, Sébastien et Charlotte – survenu dans la nuit du 16 au 17 février 2017. La veille, mardi 6 juillet, le parquet a présenté ses réquisitions contre les prévenus : la réclusion criminelle à perpétuité a été demandée pour Hubert Caouissin, tandis que la peine maximale de trois ans de prison a été requise pour Lydie Troadec, accusée de recel de cadavres et modification des preuves du crime.

Pour justifier ces lourdes réquisitions, les deux avocats généraux ont tenu à rappeler le caractère particulièrement inhumain de ces meurtres. “L’affaire Troadec, c’est l’histoire d’un homme ordinaire qui peut passer outre son humanité”, a ainsi déclaré Charlotte Gazzera dans sa plaidoirie, ajoutant : “Pour commettre de tels crimes, il faut avoir une construction psychique défaillante. Hubert Caouissin est trop dangereux, il n’est pas question qu’il sorte.” La magistrate et son confrère sont ensuite revenus, en détail, sur ce “bain de sang épouvantable” découvert par les enquêteurs au domicile de la famille Troadec. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles