Affaire Weinstein : mouvements de fonds

Catherine Robin

Pour certaines victimes, c'était le seul recours possible. Soit parce que leur affaire tombait sous le coup de la prescription, soit parce qu'elles ne pouvaient faire l'objet d'une procédure pénale. Alors, elles ont négocié avec leur agresseur, Harvey Weinstein. La presse américaine vient de révéler le contenu du protocole d'accord signé entre l'ancien producteur et les femmes qui l'accusent d' agressions sexuelles. Le montant s'élèverait à 25 millions de dollars, destinés à indemniser plus d'une trentaine de femmes ayant déclaré avoir subi les agissements de Weinstein, du harcèlement sexuel au viol. Ces fonds pourraient également servir à indemniser d'éventuelles futures plaignantes. Par ailleurs, une enveloppe de 23 millions de dollars devrait être accordée aux créanciers des studios, ainsi qu'aux avocats des anciens associés du producteur. Cette procédure, qui devrait éteindre toutes les poursuites civiles, n'empêchera pas toutefois la tenue du procès pénal, qui s'annonce, le 6 janvier prochain, devant un tribunal new-yorkais. Harvey Weinstein devra y répondre de deux agressions : celle d'une femme, dont l'identité n'a pas été révélée, qui l'accuse de viol dans un hôtel de Manhattan, en 2013, ainsi que celle de Mimi Haleyi, qui dit avoir été contrainte de lui faire une fellation en 2006. Pour ces deux affaires, celui qui nie toute forme de contrainte encourt la prison à vie.

Cet article a été publié dans le magazine ELLE du 20...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi