En Afghanistan, une étudiante manifeste seule et devient un symbole national

En Afghanistan, une étudiante manifeste seule et devient un symbole national - Adobe Stock
En Afghanistan, une étudiante manifeste seule et devient un symbole national - Adobe Stock

Manifester seule face à l'université de Kaboul. Il fallait oser, et c'est ce qu'a fait une étudiante afghane. Un geste de bravoure et de révolte célébré sur les réseaux sociaux.

"Je voulais démontrer le pouvoir que peut avoir une seule fille afghane, et le fait que même une seule personne peut s'opposer à l'oppression". Ces mots forts, ce sont ceux d'une étudiante afghane de dix huit ans qui, le 25 décembre, s'est opposée au régime des talibans et au mépris des droits des femmes à sa manière. Comment ? En manifestant, seule, face à l'université de Kaboul. Dans les bras, une pancarte affichant "Igra" : "Lis".

Un geste puissant. Effectivement, l'accès aux universités est officiellement interdit aux filles et aux femmes, suite à une déclaration décrétée par le gouvernement taliban. Une décision qui indigne à raison la jeune citoyenne, incitant au contraire ses consoeurs à étudier et à s'instruire, comme l'énonce la pancarte qu'elle brandit avec fierté face à des gardes armés. La vidéo de cette mobilisation solitaire mais fédératrice, qui a duré quinze minutes avant d'engendrer les menaces des gardes, a depuis été largement partagée sur les réseaux sociaux.

Avec cet acte, la jeune étudiante est devenue un symbole.

"Je n'ai pas eu peur"

"Ces femmes sont courageuses au-delà de toute espérance. Je les applaudis. C'est également un rappel brutal de la façon dont les droits des femmes peuvent être méprisés par les hommes", "Quelle femme courageuse. Continuez à maintenir cet élan, le monde regarde", "Plus courageuse que moi, plus courageuse que bien des gens ! C'est une jeune femme dont ce monde a besoin afin de changer...

Lire la suite

VIDÉO - Rada Akbar, réfugiée afghane : "J’ai pensé à me tuer avant que les talibans arrivent à mon appartement"

À lire aussi

Camille Lellouche brise le tabou de l'alcoolisme chez les femmes
L'académie des César veut écarter toute personne "accusée de faits de violence"
15 (très) bonnes résolutions qu'on va essayer de tenir en 2023