Afghanistan : le chef suprême ordonne aux femmes de porter un voile intégral en public

Les talibans ont fortement durci les restrictions à la liberté des femmes en Afghanistan, en leur imposant samedi le port en public d'un voile intégral, de préférence la burqa, une annonce vivement critiquée par les militantes féministes.

Dans un décret rendu public lors d'une cérémonie à Kaboul, le chef suprême des talibans et de l'Afghanistan, Hibatullah Akhundzada, a ordonné aux femmes de couvrir intégralement leurs corps et visage en public, estimant que la burqa, le voile intégral bleu grillagé au niveau des yeux, est la meilleure option pour cela. Les femmes devraient porter « un tchadri (autre nom de la burqa), car c'est traditionnel et respectueux », indique ce décret.

Lire aussi >> Avoir 20 ans en Afghanistan : les horizons perdus

Liste des infractions en cas de non-respect

« Les femmes qui ne sont ni trop jeunes ni trop vieilles doivent voiler leur visage, à l'exception de leurs yeux, selon les recommandations de la charia, afin d'éviter toute provocation quand elles rencontrent un homme » qui n'est pas un proche membre de leur famille, ajoute-t-il. Et si elles n'ont pas de raison d'aller à l'extérieur, il est « mieux pour elles de rester à la maison ».

Ce décret liste aussi les punitions auxquelles sont exposés les chefs de famille qui ne feraient pas respecter le port d'un voile intégral. Les deux premières infractions seront sanctionnées d'un simple avertissement. A la troisième, ils écoperont de trois jours de prison, et à la quatrième ils seront traduits en justice. Par ailleurs, toute employée gouvernementale ne portant pas le voile intégral sera immédiatement licenciée.

« Ce sont les mêmes qu’il y a 20 ans »

« L'islam n'a jamais recommandé le tchadri »,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles