En Afghanistan, les présentatrices télé contraintes de se couvrir le visage

Les journalistes femmes espéraient ne pas avoir à se plier à l’ordre des talibans voulant que les femmes doivent se couvrir entièrement en public.

Un recul de plus pour les Afghanes. Les présentatrices des grandes chaînes de télévision afghanes sont apparues, dimanche 22 mai, le visage couvert à l’antenne, conformément à l’ordre des talibans de se couvrir entièrement en public. La veille, les femmes journalistes l’avaient défié pour marquer leur liberté.

À lire également >> Le martyre des femmes afghanes : chronique d'une tragédie annoncée

Depuis leur retour à la tête de l'État en août dernier, les talibans ont imposé une série de restrictions à la société civile, notamment pour soumettre les femmes à la Charia. Au début du mois, le chef des talibans a émis un ordre selon lequel les femmes devaient se couvrir entièrement en public, visage compris, en portant un voile intégral – la burqa notamment, qui cache les yeux avec une grille en tissu. Avant cela, les Afghanes pouvaient ne porter qu’un foulard couvrant les cheveux.

Les journalistes « contraintes et forcées »

Le ministère afghan « de la promotion de la vertu et de la prévention du vice » avait ordonné aux présentatrices de télévision de se conformer à cette nouvelle législation d’ici à samedi. Les journalistes femmes avaient d’abord choisi de ne pas se plier à cet ordre, en passant à l’antenne en direct sans dissimuler leur visage. Mais dès dimanche, elles sont apparues intégralement voilées.

Sonia Niazi, une présentatrice de TOLOnews, a expliqué à l’AFP cette volte-face : « Nous avons résisté...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles