• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Agacé, Emmanuel Macron réplique pour mettre fin à la polémique sur les réfugiés afghans

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En quelques jours à peine, les Talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan, vingt ans après le renversement de leur régime. Face à cette nouvelle donne géopolitique, aux images bouleversantes de milliers d'Afghans tentant de fuir le pays, les réactions des dirigeants occidentaux se succèdent. Emmanuel Macron s'est ainsi exprimé lundi 16 août 2021 au soir, dans une allocution télévisée d'une dizaine de minutes. Evoquant la présence militaire française durant 13 ans - le retrait des troupes remonte à 2014 -, les 90 soldats qui ont perdu la vie, le Chef de l'Etat a rappelé que "ce combat que la France a mené était utile, il portera un jour ses fruits". S'agissant du chaos sur place et de la catastrophe humanitaire qui s'annonce, Emmanuel Macron a déclaré que la France aiderait et protègerait les opposants au régime taliban, artistes, journalistes, "parce que c'est l'honneur de la France d'être aux côtés de celles et ceux qui partagent nos valeurs".

Durant les cinq dernières minutes de son intervention, le Chef de l'Etat a évoqué la question des flux migratoires à laquelle l'Europe va devoir faire face. L'une de ses phrases a aussitôt enflammé la Toile: "Nous devons anticiper et nous protéger contre des flux migratoires irréguliers importants qui mettraient en danger ceux qui les empruntent, et nourriraient les trafics de toute nature." Le premier à réagir fut Edward Snowden, le lanceur d'alerte américain qui a surnommé le président "Emmanuel Le Pen", devenu un hashtag viral sur (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles