Aux États-Unis, une hotline pour aider les jeunes à dire stop à la "fast fashion"

Pexels

Si beaucoup de jeunes ont désormais conscience des effets néfastes et très polluants de la fast fashion sur l’environnement, il peut être difficile pour certains de changer leurs habitudes de consommation. Et pour cause, la mode jetable est souvent le recours le plus facile pour ceux qui souhaitent être toujours à la pointe de la mode sans dépenser des mille et des cents. Mais il existe désormais une solution : aux États-Unis, une hotline vient tout juste d'être mise en place pour aider les nouvelles générations à en finir avec ce type de mode et préférer les vêtements d’occasion, a rapporté La Dépêche.

L’initiative, baptisée "Fast Fashion Confessional Hotline", a été lancée par ThredUp, une plateforme spécialisée dans la seconde main. Afin d’encourager les jeunes consommateurs à se désintoxiquer et à adopter des habitudes d’achat plus durables, ThredUp s’est associé à l'actrice américaine Priah Ferguson, connue pour interpréter le rôle d’Erica Sainclair, la petite sœur de Lucas Sinclair, dans la série Stranger Things. "Je suis une grande fan de mode, toujours à l'affût des dernières tendances, mais je me soucie également de garder notre planète saine et forte", a déclaré la comédienne de 15 ans dans un communiqué. "J'espère que cette ligne directe incitera les gens à changer leurs habitudes d'achat et à penser à la friperie. Même de petits changements peuvent faire une grande différence pour notre avenir", a-t-elle assuré.

En plus d’être le visage de l’initiative, Priah Ferguson (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Deux tiers des Français déclarent souffrir d’éco-anxiété (et la majorité sont des femmes)
"La Terre est notre seule actionnaire" : le PDG de la marque Patagonia fait don de son entreprise à la planète
Kourtney Kardashian accusée de greenwashing après sa collaboration avec une marque de fast-fashion
Taylor Swift est la célébrité la plus polluante de l'année selon un classement
En Angleterre, des activistes s'attaquent à des journaux pour dénoncer le traitement médiatique de la canicule