Comment aiguiser un couteau japonais ?

Zoom sur les lames japonaises

Les lames japonaises s'inspirent des anciens sabres de guerriers. Elles sont fabriquées de manière traditionnelle avec un acier dont la teneur en carbone est élevée afin de les renforcer. Il existe un grand nombre de couteaux japonais en fonction de ses utilisations. Ainsi, le Santoku-Bocho est le couteau multiusage le plus connu, servant à trancher, à découper et à hacher. D'autres couteaux sont plus spécifiques, tels que le Nakiri-Bocho qui sert à couper les légumes, le Yanagiba servant à lever les filets de poisson, ou le Deba-Bocho, utilisé pour découper la viande.

Quels sont les avantages d’avoir des couteaux japonais bien affûtés ?

Avoir des couteaux japonais bien affûtés facilite la découpe des aliments, et renforce le plaisir de leur utilisation. En affûtant régulièrement vos couteaux, vous en prenez soin : il est plus facile d'affûter un couteau raisonnablement tranchant plutôt que de redonner son tranchant à un couteau émoussé. Par un affûtage régulier, vous diminuez également les risques d'accident. En effet, en utilisant un couteau mal affûté, vous exercez plus de pression, ce qui augmente les risques d'accident. Ainsi, un couteau bien affûté renforce les gains de productivité en cuisine, mais il entraîne aussi moins de fatigue. Enfin, lorsque les aliments sont coupés net avec un couteau approprié, leur goût est meilleur.

⋙ Couteaux en céramique : comment choisir ?

La méthode pour bien aiguiser ses couteaux

Il existe plusieurs méthodes pour bien aiguiser ses couteaux. Les pierres à aiguiser sont les plus appropriées pour affûter des couteaux japonais, et les rendre tranchants comme un rasoir. Néanmoins, l'utilisation des pierres à aiguiser demande un peu d'entraînement. Celles-ci sont disponibles en différentes tailles de grain : plus le grain est fin, plus la lame sera finement polie. Le fusil d'aiguisage est aussi une méthode pour bien aiguiser ses couteaux. Celui-ci est idéal pour un entretien quotidien. Cependant, il ne convient

(...) Cliquez ici pour voir la suite