Albert II de Belgique : ce que sa fille cachée Delphine Boël va toucher comme héritage

C'est un combat de longue haleine que Delphine Boël a vécu ces dernières années pour prouver son lien de filiation avec Albert II de Belgique. Cette artiste plasticienne de 52 ans s'est lancée dans une bataille judiciaire qu’elle a remportée le 27 janvier dernier grâce à un test ADN qui a prouvé ses dires. Le prince Albert II de Belgique est bien son père biologique. Mais tous ses efforts ont-ils vraiment payé ? Qu'est-ce qui l'attend à présent ? Selon l'édition de Point de vue du mercredi 5 février, la fille de la baronne Sybille de Sélys Longchamps "ne sera jamais altesse royale ni successible au trône de Belgique. Delphine Boël n’aurait voulu à aucun prix un quelconque rôle." Toujours selon nos confrères : "Elle ne touchera aucune dotation publique".

Elle accède finalement à une seule chose : figurer sur le testament de son père. "Quatrième enfant du roi émérite, elle aura seulement droit à un quart de l’héritage de son père, soit quelques dizaines de millions d’euros", peut-on lire. De son côté, Sybille de Sélys Longchamps, la mère de Delphine Boël est sortie de son silence pour évoquer l'annonce de la nouvelle. Pour rappel, le roi des Belges a fait observer dans un communiqué "que, depuis la naissance de Madame Delphine Boël, Il n'a été mêlé à aucune décision familiale, sociale ou éducative quelconque relative à Madame Delphine Boël et qu'il a toujours respecté le lien qui existait entre Madame Delphine Boël et son père légal".

Très en colère, la baronne a fait connaître son point de vue sur le sujet. "L'attitude me paraît inhumaine", a-t-elle déclaré au journal Sud Info. "J'essaie de lui trouver des circonstances qui pourraient l'excuser, a-t-elle ajouté. Il a eu une enfance très difficile. Il n'a jamais connu sa mère. C'est un manque. Il a eu toutes ces histoires qui n'ont pas été bien." La baronne compare cela à la douleur d'une "gifle". "Vous avez lu le communiqué ? C'est une gifle à la figure de ma fille. Une neuvième, dixième gifle... je n'ai pas beaucoup

(...) Cliquez ici pour voir la suite