Un album 100 % frenchy pour Mathieu Boogaerts

Florence Tredez
·2 min de lecture

Quatre ans après s’être installé à Londres avec femme et enfant, le « froggie » sort un nouvel album dans son anglais mâtiné d’un accent 100 % frenchy. Pop, décalé et touchant.

ELLE. Pourquoi êtes-vous parti à Londres ?

MATHIEU BOOGAERTS. Je m’y suis installé le jour où s’est acté le Brexit. J’ai toujours aimé l’aventure, j’ai été servi. À deux heures et vingt minutes de Paris, on débarque sur une autre planète. Il n’y a pas une journée où je ne me dise pas : mais pourquoi les Anglais sont comme ça ? Je lis des livres d’histoire pour essayer de comprendre. Parce qu’ils ont rompu avec Rome au XVIe siècle ? Parce qu’ils ont supporté le Blitz ?                

ELLE. Vous ne vous êtes pas intégré ?

M.B. Non. Ça fait partie du charme, et en même temps c’est complètement déstabilisant. En France, je ne suis pas très connu. Si je brandis une pancarte clamant « Je suis Mathieu Boogaerts » un samedi dans un supermarché à Melun, une personne sur huit cents se dira : « Ah, ça me dit quelque chose. » À Londres, il n’y en a même pas une. C’est comme si j’étais chausseur pour dames et que j’arrivais dans un pays où personne n’a de pieds.           

Lire aussi : Vanessa Paradis : les mentors de sa vie

ELLE. D’où cet album en anglais ?

M.B. Le chausseur s’est dit « au moins, essayons d’apprendre à fabriquer des gants ». Travailler sur d’autres mots, d’autres sons était très intéressant. C’est comme si j’avais écrit des chansons françaises mais en anglais.                

ELLE. Avez-vous gardé votre accent ?

M.B. Pour moi, un Français qui chante avec un accent anglais, c’est...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi