Alerte à l’escroquerie au crédit : les vérification à effectuer avant de s’engager

Dans un contexte d’inflation, de pouvoir d’achat en berne et de difficulté d’accès au crédit, nombreux sont les Français qui se tournent vers un courtier pour les aider à décrocher les prêts qu’ils ne parviennent pas à obtenir directement auprès de leur banque. Malheureusement, les pratiques frauduleuses visant à extorquer des fonds aux emprunteurs. La Chambre Nationale des Conseils Experts Financiers (CNCEF), association professionnelle agréée de courtiers, rappelle les mesures de vigilance à adopter pour éviter d’en être victime.

Le modus operandi des escrocs, qui ciblent à la fois le crédit à la consommation et le crédit immobilier, respecte un cheminement précis. Ils usurpent l’identité d’un véritable courtier en créant un site vitrine ou une page sur les réseaux sociaux, et en utilisant une adresse mail très proche de celle du professionnel concerné. Une fois le contact établi, les malfaiteurs entretiennent un lien de confiance via des échanges et des demandes de documents comme il est d’usage. Vient ensuite l’annonce, après un certain temps, de l’accord du prêt. Ils demandent alors à l’emprunteur de régler immédiatement les frais de courtage, du dossier et les honoraires convenus. Aussitôt l’argent récupéré, ils disparaissent purement et simplement avec les sommes versées.

Christelle Molin-Mabille, Déléguée Générale de CNCEF Crédit, insiste : "Jamais un courtier ne vous demandera de verser des frais ou honoraires avant que les sommes empruntées ne soient versées sur votre (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite