Alexandra Pizzagali dévoile enfin pourquoi elle a choisi de parler de l’attentat dans son sketch polémique

Capture écran Télématin

Alexandra Pizzagali était la nouvelle figure de France 2 et plus précisément de Télématin. Lundi 5 septembre 2022, jour de son premier billet en direct, elle oriente son humour sur l'auteur des attentats de Nice [le 14 juillet 2016, ndlr], pour faire écho au premier jour de son procès prévu le 5 septembre 2022. Une séquence, semée d'embuches, qui durera plus de 5 minutes et qui affolera France Télévisions ainsi que les réseaux sociaux, les internautes la jugeant ratée. Alors qu'elle se disait "ravie de rejoindre cette émission" au moment de sa présentation, la jeune femme de 34 ans finira par être évincée de la chaîne. Un moment difficile sur lequel elle est revenue, dimanche 2 octobre 2022, dans les colonnes du Parisien. "J’ai été maladroite, j’aurais dû faire davantage attention au timing — ce n’était ni le lieu, ni le moment pour ce texte —, mais je ne peux pas regretter ce que je n’ai pas exprimé. Dans cette chronique, je n’insulte que le terroriste, jamais les victimes. Après, avec le recul, je ne la referais pas comme ça", commence t-elle par expliquer.

Rappelant également que le concept de cette première chronique était de "désigner le 'conn***' ou la 'conn****' de la semaine", elle rajoute : "Je m’étais dit que je ne pouvais pas parler d’autre chose, ça aurait été limite un manque de respect. J’aurais dû m’adapter davantage au contexte : à 8 heures du matin, sur France 2, on ne s’adresse pas à des gens qui ont choisi d’aller voir votre spectacle le soir", regrette-t-elle. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite