Alexandre Benalla sort un livre et raconte son coup de foudre "immédiat" avec Emmanuel Macron

Voilà un cadeau à glisser sous le sapin ! Ou pas. Alexandre Benalla sort son livre au titre évocateur : Ce qu'ils ne veulent pas que je dise, publié aux éditions Plon. L'ex-chargé de mission d'Emmanuel Macron, accusé d'avoir molesté deux manifestants le 1er mai 2018, promet de tout dévoiler. Au menu ? Explications, révélations, justifications et se raconte (avec peu de modestie). Dans un article publié mercredi 6 novembre 2019 par L'Obs, on découvre ainsi des extraits de l'ouvrage, dont Le Point a pu lire les bonnes feuilles. Et c'est ainsi que nos confrères décrivent son "coup de foudre" avec le président de la République.

"La première rencontre d’Alexandre Benalla avec Emmanuel Macron, telle qu’il la raconte, prévoyait déjà une relation privilégiée entre les deux hommes", rapporte L'Obs. "Interrompu lors d’une discussion pour qu’on lui présente l’homme chargé de sa sécurité, Emmanuel Macron lui tend la main : 'Alexandre, c’est ça ? Bien, tu commences quand ?' 'Direct, le regard droit, planté dans mes yeux, la poignée ferme et franche, il se passe chez moi un truc immédiat. Le contact est total. Je sais que je vais le suivre', écrit Alexandre Benalla, presque mystique."

Au Point, Alexandre Benalla confie par ailleurs : "Certains étaient jaloux de ma proximité avec lui [Emmanuel Macron, ndlr.]. On a dit que j'étais son garde du corps, son homme à tout faire, son amant... Pfff... Avec lui, on se comprenait, c'est tout. Quand il y avait un malaise, je m'arrangeais pour le régler, sans faire état de ma science." Puis ajoute : "J'ai été suffisamment loyal vis-à-vis du Président, je ne balance rien. Un moment, stop, je ne suis pas lié toute ma vie à lui."

⋙ Eric Zemmour : ses surprenants échanges avec Tariq Ramadan et Alexandre Benalla

La suite, on la connaît. Et la sortie de ce livre devrait arranger les affaires de l'ancien chargé de mission de l'Elysée, qui aurait désormais des ambitions politiques comme l'expliquait Le Point dans un article paru le 24 octobre 2019. Dans

(...) Cliquez ici pour voir la suite