Algues, sel, iode… les trésors de la mer pour ma santé

Toutes les algues sont riches en antioxydants, notamment en bêtacarotène, mais aussi en zinc ou en vitamine E. Elles apportent aussi des protéines (17g/ 100g pour la dulse, la laitue de mer, ou le wakamé – contre 25g/100g dans un steak de bœuf). Leur teneur en fibres solubles et insolubles est très élevée, ce qui augmente la satiété et favorise le transit intestinal (il y en a ainsi 33g/100g de kombu en paillettes).

Comment faire le plein ? Vous pouvez les utiliser en condiments, ou alors fraîches (pensez à bien les rincer pour limiter la quantité de sel). Attention, n’en faites pas un aliment du quotidien : elles fixent certains toxiques comme le cadmium, et mieux vaut ne pas en abuser.

Thon, saumon, sardines, maquereaux, les poissons gras sont riches en omega 3. Il existe plusieurs catégories d’oméga 3, parmi lesquelles le DHA et l’EPA. « Le DHA est essentiel au bon fonctionnement du cerveau, il est impliqué dans les fonctions de mémorisation, et donc utile en prévention de la maladie d’Alzheimer », souligne Sophie Janvier (*), diététicienne-nutritionniste. « Quant à l’EPA, il a un effet anti-inflammatoire. »

Comment faire le plein ? "Pour viser la dose de 250mg/jour pour chacun de ces deux oméga 3, on consomme du poisson gras deux fois par semaine, et on privilégie les plus petits (sardines, maquereaux) pour éviter certains toxiques (cadmium, plomb) qui s’accumulent dans les plus gros." Astuce en plus : "si vous consommez des sardines en boîte, ne jetez pas l’huile, les oméga (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles