Les aliments ultratransformés augmentent bien le risque de décès prématuré

Des lasagnes surgelées aux biscuits apéritifs en passant par les jambons de nos supermarchés, les aliments ultratransformés se sont souvent fait une place de choix dans notre quotidien si pressé.

Hélas, de plus en plus d’études mettent en avant leur effet délétère pour notre santé, du fait d’ingrédients peu recommandables. Une nouvelle étude, publiée dans l'American Journal of Preventive Medicine (Source 1), montre ainsi une association entre une consommation accrue d’aliments ultratransformés et un risque de décès prématuré évitable.

Les chercheurs ont ici utilisé les données d’enquêtes portant sur l’alimentation et représentatives de la population brésilienne pour estimer les apports de base en produits ultratransformés par sexe et groupe d’âge. Des analyses statistiques ont ensuite permis d’estimer la proportion de décès attribuables à la consommation d’aliments ultratransformés. Au Brésil, 10% des décès prématurés évitables seraient ainsi dus à une trop grande consommation de produits ultratransformés, et une réduction de 10 à 50% de cette consommation pourrait empêcher entre 5 900 et 29 300 décès prématurés chaque année dans le pays.

Dans le détail, la consommation de produits ultratransformés variait de 13 à 21% de l’apport alimentaire total moyen des brésiliens. Au total, 541 260 adultes âgés de 30 à 69 ans sont décédés prématurément en 2019 (l'année de l'étude), dont 261 061 de maladies évitables non transmissibles (cancers et maladies cardiovasculaires notamment). Selon...

Lire la suite