Allégations nutritionnelles et de santé : on les décrypte pour vous

La loi* autorise deux types de mentions sur les denrées alimentaires, sous réserve que leur composition les justifie : les allégations nutritionnelles et les allégations de santé. Les premières font référence à une teneur particulière en un nutriment (calcium, fer, etc.), qui participe à un bon équilibre alimentaire et convient généralement au plus grand nombre. Les secondes indiquent que le produit présente un intérêt spécifique pour la santé, tel que "contribue à la perte de poids dans le cas d’un régime hypocalorique", et qu'il n'est, par conséquent, utile que dans certaines situations.

*Règlement européen (CE) n°1924/2006 concernant les allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires, en vigueur depuis 2007.

Cela signifie : que 100g du produit apporte au moins 30% du besoin journalier moyen servant de repère pour l’étiquetage. Intéressant en période de croissance, de grossesse ou de ménopause (qui fragilise les os), ou si vous mangez moins de 2 produits laitiers/jour ou moins de 1 poisson gras/semaine.

Les aliments concernés : certains produits laitiers, les huiles végétales et les céréales de petit déjeuner.

Ne confondez pas avec : "source de calcium" (ou de vitamine D), mention autorisée seulement si le produit fournit 15% de l'apport journalier conseillé.

Cela signifie : qu’il y a, a minima, 25% de sel en moins, comparé à un produit classique. C’est une réduction significative, qui aide à ne pas dépasser la limite des 5 à 6g par jour, recommandée (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles