Allaitement : tout ce qu’il faut savoir sur la montée de lait

Si vous avez décidé d'allaiter votre nourrisson, sages-femmes et puéricultrices vont régulièrement venir vous voir dans votre chambre à la maternité pour vérifier et que tout se passe bien, et vous proposer leur aide si nécessaire. Elles vont également s'assurer que la fameuse montée de lait est en bonne voie. Difficile pour un premier bébé de savoir exactement à quoi elle correspond. Bébé tète, n'est-ce pas suffisant ?

La montée de lait, qu'est-ce que c'est ?

Comme le rappelle Anh-Chi Ton, la poitrine n'attend pas l'accouchement pour produire du lait : "Pendant la grossesse, il n'est pas rare que les femmes aient un écoulement de liquide. On ne parle pas encore de lait mais de colostrum." A la naissance c'est d'ailleurs ce colostrum, un liquide jaune et transparent très nourrissant, que votre bébé va téter. "La phase de transition vers le lait maternel, blanc et riche en lactose et lipides, s'appelle la montée de lait" explique la sage-femme.

Quand a lieu la montée de lait ?

Elle intervient généralement dans les 72 heures qui suivent l'accouchement. Un laps de temps qui peut varier d'une femme à l'autre, soit entre 2 et 4 jours. Elle se produit souvent la nuit, lors du pic de prolactine : "La femme se rend compte de ces changements. Ses seins deviennent tendus, durs, gonflés. Bébé va quant lui apprécier ce changement de lait et demander à téter très fréquemment. Une nuit presque blanche que les jeunes mamans ne sont pas prêtes d'oublier !". Il faut alors répondre à ses besoins et lui donner le sein à la demande, non seulement pour vider les seins mais aussi pour les stimuler.

La montée de lait tarde à venir : comment réagir ?

Il arrive que la montée de lait tarde à venir, une vraie source d'inquiétude pour les jeunes mamans. La sage-femme recommande alors de faire le plus de peau-à-peau possible avec bébé, de l'allaiter sans restriction et de boire beaucoup d'eau. Un retard de la montée laiteuse peut également résulter d'un état de fatigue ou de stress trop important, d'un

(...) Cliquez ici pour voir la suite