En Allemagne, un calendrier de vacances scolaires “unique au monde” et controversé

PHOTO SAKIS MITROLIDIS/AFP

En Allemagne, comme chaque année, “le fédéralisme des vacances refait débat”. Le système allemand, qualifié d’“unique au monde” par la Süddeutsche Zeitung, donne une grande autonomie aux Länder, qui fixent eux-mêmes tous les ans les dates de vacances spécifiques à leur région. “L’été est ainsi déjà terminé pour les élèves, les professeurs et les parents de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, relate le titre bavarois. Mais il vient à peine de commencer pour ceux de Bavière.”

Ce dispositif en décalé – qui “rappelle l’époque où il y avait des barrières et des bureaux de change pour les différentes monnaies aux frontières des Länder” – est controversé. Si certains souhaitent uniformiser les vacances estivales au nom du principe d’égalité, d’autres estiment qu’il est important de garder les spécificités de chaque territoire. Et qu’importe si la rentrée n’est pas nationale. Ce système permet, selon eux, d’éviter les embouteillages et l’encombrement des aéroports, rapporte la SZ.

Markus Söder, le ministre-président de Bavière, s’est exprimé dans ce sens il y a quelques années. Mais d’autres avant lui avaient également évoqué le sujet dans la région. “Ce qui est remarquable dans tout cela, c’est la raison que la Bavière avait invoquée pour justifier son droit à des vacances d’été tardives, quand cette règle a été introduite au milieu des années 1970 : elle était un Land agricole et les enfants devaient aider leurs parents pour les récoltes”, expliquait-il.

Prendre en compte les aléas climatiques

Aujourd’hui, note le quotidien munichois, les discussions sur les dates des vacances ont évolué. Elles sont plutôt liées au changement climatique et à la définition même de la période estivale. Alors que les épisodes de canicule deviennent plus fréquents, “on peut se demander si notre perception de ce qui est aujourd’hui le plein été ne devient pas plus pertinente que le calendrier lui-même.”

Face aux sécheresses à répétition, les partisans des vacances tardives ont de moins en moins d’arguments – les délices de l’été indien, notamment, ne se font plus sentir. Partir plus tôt en vacances a par ailleurs de nouveaux avantages : “Plus de fraises, moins de guêpes, plus de vert [dans les paysages], moins de jaune.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :