"Allergique à la gravité", elle explique son syndrome trop méconnu

Adobe Stock
Adobe Stock

Maux de tête intenses, étourdissements, sueurs froides, fatigue extrême, évanouissements, paralysie faciale... Tous ces symptômes sont ceux du Syndrome de tachycardie orthostatique posturale (STOP). C'est avec cette maladie chronique que vit Lyndsi Johnson, une Américaine de 28 ans. Pour elle, il est quasiment impossible de rester debout plus de dix minutes sans perdre connaissance. C'est ce qu'elle considère comme une "allergie à la gravité".

Lyndsi Johnson est originaire de l'État du Maine, dans le nord-est des États-Unis. Après le lycée, elle a réalisé son rêve en s'engageant dans la marine. Mais, en octobre 2015, des douleurs abdominales et dorsales ont commencé à apparaître, l'obligeant à quitter l'armée trois ans plus tard. C'est là que commence une errance médicale de plusieurs années.

Aux médecins, elle explique ses dizaines d'évanouissements par jour et le fait qu'elle ne puisse plus faire ses courses ou prendre sa douche sans s'asseoir. Ils lui disent que cela est probablement dû à l'anxiété et au stress que causait l'armée.

"Je vomissais tellement que mon coeur commençait à être très fatigué, donc je me retrouvais souvent à l'hôpital sous surveillance cardiaque", se souvient-elle sur son compte Instagram. "Puis, finalement, un cardiologue a fini par mettre le doigt sur ce que j'avais." Le diagnostic tombe : Lyndsi est atteinte du STOP.

Ne pas s'arrêter de vivre

Bien qu'elle soit désormais sous bêtabloquants, des médicaments...

Lire la suite


À lire aussi

Policière, sexuelle, raciale : Françoise Vergès explique sa "théorie féministe de la violence"
C'est quoi un féminisme (vraiment) révolutionnaire ? Irene nous explique
Le "PoTS", ce syndrome trop méconnu mis en lumière par TikTok