“Alt-Life 2” ou le vertige du monde dans un monde

Vincent Brunner
·1 min de lecture
© Thomas Cadène/Joseph Falzon/Le Lombard
© Thomas Cadène/Joseph Falzon/Le Lombard

Le premier tome d’Alt-Life voyait des cobayes prénommés Josiane et René habiter un monde virtuel où tous·tes les deux seraient débarrassé·es des contingences matérielles – et aussi d’une Terre agonisante – pour vivre selon leurs désirs. Cette humanité augmentée, mais sans corps, pouvait-elle être compatible avec l’ivresse des sentiments et une sexualité épanouie ? Après avoir posé ces questions pertinentes, l’album se refermait sur l’arrivée d’autres habitant·es, rejoignant les deux pionnier·ères devenu·es à leurs yeux des modèles.

Deux ans après ce décollage prometteur, Alt-Life 2, introduit par une citation de Barbey d’Aurevilly, atteint sa destination et il s’agit moins d’une planète fantasmatique qu’un sujet de discussion philosophique déguisé en histoire de science-fiction délirante. Car, pour se divertir, René s’invente un micro-univers calqué sur les clichés de la fantasy avec une “élue”, Hadourmanakaël, censée accomplir une grande œuvre voulue par “le bien-aimé” (soit René lui-même).

Reliefs métaphysiques et inventivité graphique

Lire la suite...