Alzheimer : boire plus d'alcool après 40 ans, c'est mauvais signe

On le sait : trop d'alcool, c'est mauvais pour la santé. Au-delà de 2 verres par jour, on observe un risque accru de cancer (de la bouche, du pharynx, de l'œsophage, du sein, du foie...), de maladies neurologiques (encéphalopathies...), de maladies cardio-vasculaires (hypertension artérielle...) ou encore de troubles cognitifs (problèmes de mémoire, mouvements involontaires...). L'alcool est ainsi responsable d'environ 41 000 décès par an en France.

Mais ce qu'on sait moins, c'est qu'une consommation d'alcool excessive peut aussi constituer le symptôme d'une pathologie sous-jacente. Ainsi, une nouvelle étude (publiée dans le Journal of Alzheimer's Disease) estime qu'après l'âge de 40 ans, se mettre à boire davantage pourrait constituer un "signal d'alarme" annonçant une future démence.

Les chercheurs américains et brésiliens à l'origine de ces travaux ont suivi 1518 patients atteints de maladies neurodégénératives, parmi lesquelles la maladie d'Alzheimer. Ils ont découvert que 2,2 % de ces patients avaient souffert, après l'âge de 40 ans, d'un "abus d’alcool tardif" : en clair, ils avaient commencé à boire plus que d'habitude.

"Ce que nous avons découvert, c'est que l'abus d'alcool peut être le premier signe d'un trouble neurologique sous-jacent lorsqu'il se manifeste tard dans la vie", résument-ils.

Par ailleurs, les chercheurs rappellent que l'excès d'alcool constitue aussi un facteur de risque pour le développement d'une démence sénile (type maladie d'Alzheimer) puisque ce comportement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles