Alzheimer, dépression, anxiété… une étude révèle les conséquences de la malbouffe sur notre santé mentale

© bymuratdeniz / iStock

Selon des scientifiques, l’obésité et le diabète pourraient conduire à un déclin des capacités cognitives.

On le sait, la malbouffe n’est pas bonne pour notre santé physique. Mais qu’en est-il de notre santé mentale ? Une étude, publiée dans la revue « Metabolic Brain Disease » le 15 juin, confirme l’hypothèse de conséquences sur le cerveau d’un régime trop gras et trop sucré.

Lire aussi >> Santé mentale : quand faut-il consulter un psy ? Réponse en 5 infos éclairantes

« L’obésité et le diabète altèrent le système nerveux central, exacerbant les troubles psychiatriques et le déclin cognitif », déclare Larisa Bobrovskaya, neuroscientifique et biochimiste de l’Université d’Australie-Méridionale. Ces pathologies « sont souvent associées à la maladie d’Alzheimer, ainsi qu’à de nombreuses autres commorbidités, notamment les maladies cardiovasculaires et le dysfonctionnement rénal », poursuit l’experte.

Ce sont des souris qui ont permis de parvenir à ce rapprochement. Les scientifiques ont établi deux groupes et les ont observés pendant trente semaines : d’un côté, des rongeurs soumis à un régime normal, et de l’autre, à une alimentation riche en graisses.

« S’attaquer à l’épidémie mondiale d’obésité »

Résultat : les souris nourries avec un régime gras ont pris du poids et ont développé « un risque accru de présenter des comportements de type anxieux », ainsi que « des niveaux plus élevés de protéine tau dans le cerveau ». Cette protéine, accumulée sous forme anormale, est incriminée dans de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles