Alzheimer : pourquoi les malades somnolent-ils tant ?

Les liens entre qualité du sommeil et maladie d’Alzheimer ont déjà été établis par de nombreux travaux. Ainsi, mal dormir ou faire des siestes fréquentes et longues augmente le risque de démence. D’après certains scientifiques, analyser le sommeil pourrait même être prédictif de cette pathologie. Mais pourquoi cette association ? Le manque de sommeil ou une mauvaise qualité des nuits pourraient-ils être à l’origine d’Alzheimer ? Eh bien non ! La somnolence observée chez de nombreux patients atteints s’expliquerait par la dégénérescence d’un type de neurones (sous-corticaux) impliqués dans les rythmes circadiens. C’est ce qu’expliquent des chercheurs* qui ont analysé par électroencéphalogramme le sommeil de 33 patients touchés par cette maladie neurodégénérative et leur tissu cérébral (ils avaient fait don de leur cerveau post-mortem) qu’ils ont comparé à deux de 32 volontaires sains.

Si les malades ont du mal à rester éveillés, avec des moments de léthargie ou le besoin de longues siestes durant la journée, ce ne serait donc pas pour compenser un mauvais sommeil nocturne. Leur cerveau serait en quelque sorte déprogrammé à cause de la maladie, certains neurones en charge de l’éveil n’assurant plus leur rôle.

D’après les scientifiques, les fameuses protéines Tau – dont l’accumulation est caractéristique de la maladie – pourraient être responsables de la dégradation de ces neurones spécifiques de l’éveil. D’autre recherches seront nécessaires pour confirmer ces premiers résultats (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles