Alzheimer : on sait pourquoi la maladie évolue si vite

·1 min de lecture

Aujourd'hui, plus d'un million de personnes sont atteintes de la maladie d'Alzheimer en France. Par ailleurs, on estime que 225 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Des chercheurs britanniques de l’Université de Cambridge ont mis au point un modèle mathématique expliquant le progression de la maladie dans le cerveau humain. Mais leurs recherches ont également permis de découvrir que la maladie ne touche pas une seule zone du cerveau, mais que les plaques de protéines tau et bêta-amyloïde qui s’agrègent et provoquent la maladie, s’accumulent dans plusieurs zones du cerveau à la fois.

Les scientifiques pensent que c’est en partie pour cela que la maladie évolue de façon si fulgurante en une dizaine d’années après le diagnostic.

Pour cette étude, les chercheurs ont utilisé des échantillons de cerveau post-mortem de patients atteints de la maladie d’Alzheimer, ainsi que des scanners de patients vivants, pour suivre l’agrégation de la protéine tau dans leur cerveau. "Nous pensions que la maladie d'Alzheimer se développe d'une manière similaire à de nombreux cancers et les agrégats se formaient dans une zone du cerveau puis se propageaient", a expliqué le Dr Georg Meisl, principal auteur de l'étude. "Mais au lieu de cela, nous avons découvert que lorsque la maladie d'Alzheimer commence, il y a déjà des agrégats dans plusieurs régions du cerveau, et donc essayer d'arrêter sa propagation d’une zone à l’autre n’est pas (...)

Lire la suite sur Topsante.com

DIRECT Covid-19 en France ce 2 novembre : chiffres, annonces
Covid-19 : bientôt des vaccins sous la forme de patchs ?
C'est prouvé : le lait chaud aide à dormir
Malaise vagal : comment réagir ?
Le tabac, facteur de risque (moins connu) des cancers féminins

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles