Alzheimer : des soupçons de fraude mettent en doute 20 ans de recherches scientifiques

La maladie d’Alzheimer touche 50 millions de personnes dans le monde. En l'absence d'avancées scientifiques, elle pourrait en toucher près de 152 millions d'ici 2050. Il s'agit donc d'un enjeu majeur de santé publique. Mais en dépit des travaux menés ces dernières décennies, les médicaments susceptibles de ralentir son évolution peinent à émerger. Se pourrait-il que des pistes de recherche frauduleuses aient induit les chercheurs en erreur pendant toutes ces années ? C'est ce que suggère une récente enquête parue dans la revue Science (source 1).

Alertés par un jeune neurologue canadien, les journalistes ont enquêté pendant six mois sur des soupçons de falsification de données scientifiques. Plusieurs études sont concernées, dont un article publié dans Nature en 2006 par une équipe de l’Université du Minnesota, et cité plus de 2 300 fois dans des travaux ultérieurs. Les recherches questionnées ont notamment contribué à propulser l’hypothèse dite de la "cascade amyloïde" sur le devant de la scène.

Selon cette hypothèse, c’est l’accumulation de protéines amyloïdes à la surface des neurones qui initie un processus de dégénération au fil des années et finit par provoquer les symptômes de la maladie d’Alzheimer. C’est d'ailleurs sur ce principe que repose le premier médicament contre Alzheimer, l’aducanumab, homologué en 2021 aux Etats-Unis, et qui vaut actuellement une enquête à l’agence américaine du médicament (FDA).

Des résultats pas si influents...

Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles