Publicité

Une Américaine reçoit un implant dans le cerveau pour atténuer ses troubles obsessionnels compulsifs et son épilepsie

Une patiente américaine souffrant de troubles obsessionnels compulsifs (TOC) sévères et d’épilepsie s’est fait implanter des électrodes dans le cerveau. Grâce à la stimulation cérébrale profonde, les symptômes de ses deux maladies se sont nettement améliorés. Une première mondiale.

Amber Pearson, une Américaine de 34 ans et patiente au Oregon Health & Science University (OHSU) a reçu un implant cérébral pour traiter ses crises d’épilepsie. Ses médecins ont réussi à utiliser ce même implant pour lutter contre un autre trouble dont elle souffre, des TOC.

L’intervention chirurgicale a enfin soulagé la patiente des symptômes de ses deux maladies, et la procédure est toujours efficace même quatre ans plus tard. L’étude de cas a été publiée dans la revue Neuron.

"Mon TOC avait le contrôle sur ma vie"

Bien qu’on utilise parfois cette expression à la légère, le TOC est une maladie psychique grave qui touche 2 à 3% des Français. Cette forme de trouble anxieux peut réellement handicaper les patients dans plusieurs facettes de leur quotidien.

Le TOC se caractérise par deux principaux symptômes. D’une part, les obsessions : des pensées dérangeantes, envahissantes et récurrentes qui engendrent une forte anxiété. D’une autre part, les compulsions : des comportements ou des rituels que le patient se sent obligé de répéter – c’est pour lui la seule manière d’apaiser l’anxiété causée par ses obsessions.

Lire aussiUn patient paralysé des bras reçoit des implants dans le cerveau et la moelle épinière

Par exemple, le patient peut être obsédé par l’idée d’avoir oublié de verrouiller sa serrure, au point où il sera incapable de quitter sa maison, car il reviendra sans cesse la vérifier. Et pas qu’une ou deux fois… Une personne atteinte de TOC peut répéter sa compulsion plusieurs centaines de fois dans une même journée.

"Avant de commencer le traitement de stimulation cérébrale profonde, je me lavais les mains jusqu’au sang. Mes mains étaient si sèches que ma peau se crevassait dès que je pliais les doigts, raconte Amber Pearson dans un communiqué. Mon TOC avait le contrôle sur ma vie."

En plus du temps perdu à refaire les mêmes actions et de la douleur qu’elles peuvent causer, ce trouble complique souvent les relations interpersonnelles et cause ainsi d’importa[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi