Amanda Mille : «Nous cherchons à promouvoir le sport automobile féminin»

DR

La passion automobile coule dans les veines du fondateur de la marque horlogère, dont les montres fascinent les férus de belle mécanique. Rencontre avec Amanda Mille, directrice de la marque et des partenariats de la maison Richard Mille.

Paris Match. À quand remonte la passion de votre papa pour l’automobile ?
Amanda Mille . Au berceau, je crois. [Rires.] Mon père avait à peine 10 ans quand il demandait à mon grand-père, qui n’était pas spécialement intéressé par les voitures, de l’emmener sur la course de côte d’Ampus , près de Draguignan, là où il a grandi. Quelques années plus tard, il partait en train avec des copains pour le Grand Prix de Monaco. La veille de la course, ils dormaient sur les marches de l’hôtel Loews pour être idéalement placés le lendemain. Il a toujours été fasciné par le parcours et l’aura de Jim Clark, ce fermier écossais devenu champion du monde de F1.

Lire aussi:Les montres les plus fines du monde

Quel rapport entretient-il avec l’automobile ?
La technique, le design, la conduite, tout l’intéresse, mais il a une sensibilité particulière pour les anciennes et leur raffinement. Il aime notamment les formules 1 des années 1960 dont la mécanique était apparente. Ce n’est pas un hasard si ses créations puisent leur inspiration dans l’automobile. Il veut comprendre comment fonctionnent les choses. Et ce n’est pas récent : il a démonté puis remonté la première montre que son père lui a offerte.

"

Nous cherchons à promouvoir le sport automobile féminin en comblant un manque évident

"

En quoi consiste l’implication de la marque dans l’automobile ?
Richard Mille est le partenaire principal de plusieurs événements célébrant la passion automobile, comme Le Mans Classic, Chantilly Arts & élégance, Rétromobile, le rallye des Princesses ou le rallye des Légendes. Nous comptons de nombreux pilotes partenaires parmi lesquels Felipe Massa depuis 2006, mais aussi Sébastien Loeb, Sébastien Ogier, Romain Grosjean, Fernando Alonso ou Charles(...)


Lire la suite sur Paris Match