Amber Heard reconnaît avoir "frappé" Johnny Depp : cet enregistrement audio qui l'accable

Cela fait plus de trois ans que la bataille judiciaire dure entre les deux acteurs. Tout a commencé en novembre 2018 lorsque l'actrice américaine Amber Heard, divorcée de Johnny Depp depuis un an, a fait des déclarations chocs dans les pages du Washington Post. La jeune femme accuse son ex-mari, sans pourtant le nommer, d'abus et de violences, notamment sous l'emprise de drogue et d'alcool. Elle raconte notamment une fois où l'homme de 55 ans, jaloux d'une "scène romantique" que la comédienne venait de tourner avec James Franco, a bu avec excès. Dès le retour de l'actrice dans l'avion qui devait les ramener à son domicile, le père de Lily-Rose Depp aurait commencé à lui "jeter des objets". "(...) Je me suis relevée et il m'a donné un coup de pied dans le dos, puis m'a jeté sa botte dessus alors que j'étais encore au sol.", confie l'actrice.

Des accusations que le Pirate des Caraïbes a rejeté en bloc. Plus que ça, il a accusé à son tour Amber Heard de violences physiques et l'a poursuivie en justice pour diffamation, lui réclamant 50 millions de dollars de dommages et intérêts. Mais l'histoire ne s'arrête pas là.

Ce 31 janvier 2020, le Daily Mail a publié un extrait d'enregistrement audio issu d'une conversation entre Amber Heard et Johnny Depp qui aurait duré 2 heures. Dans celui-ci la jeune femme admet avoir "frappé" son ex. L'acteur insiste sur le fait qu'elle lui a mis "un coup de poing" ce à quoi elle lui rétorque : "Bébé, tu n'as pas reçu de coup de poing. Tu as été frappé. Je ne sais pas exactement quel mouvement a fait ma main mais je ne t'ai pas mis de coup de poing." La conversation aurait eu lieu après une énième dispute qui aurait éclaté la veille et qui serait devenue incontrôlable. "Bébé, je te l'ai déjà dit, je suis mort de peur à l'idée que l'on devienne une scène de crime. Nous sommes une scène de crime si on ne se ressaisit pas." a conclu d'une voix grave l'ex-mari de Vanessa Paradis. Ils devraient se retrouver sur les bancs des accusés en février prochain

(...) Cliquez ici pour voir la suite