Grossophobie et body-posi : Amel Bent a raison, "les kilos, il faut les porter"

·5 min de lecture
CANNES, FRANCE - NOVEMBER 20: Amel Bent attends the 22nd NRJ Music Awards on November 20, 2021 in Cannes, France. (Photo by Toni Anne Barson/FilmMagic) (Toni Anne Barson via Getty Images)

De retour dans The Voice ce samedi 12 mars 2022, Amel Bent continue à constituer l'équipe qui l'accompagnera tout au long de la saison. Mais la semaine dernière, elle a fait des confidences sur la grossophobie dont elle a été victime par le passé, après avoir été particulièrement touchée par l'histoire d'une candidate.

À l'heure où les régimes sont plus que jamais à l'avance, en particulier avec le retour des beaux jours, il ne se passe pas une journée sans qu'une personnalité vante les mérites de la monodiète ou de toute autre méthode minceur. Les magazines féminins ne nous épargnent pas, pas plus que les réseaux sociaux où les avant-après pullulent et peuvent rapidement saper l'estime de soi. Bien sûr, personne ne peut refuser aux personnes qui souhaitent perde du poids l'occasion de faire un régime. Mais il y a une constatation à faire : la grossophobie est souvent derrière ces velléités de régimes qui sont souvent loin d'être bons pour la santé.

Vidéo. La Face Katché - Amel Bent : "Ça a été ça mon déclic. Le miracle de comment ce qui sortait de ma bouche faisait pleurer mes copines à l’école"

L'émotion d'Amel Bent face à une ado en surpoids

Amel Bent fait partie des stars qui ont toujours eu "des formes et des rondeurs", comme elle le chantait dans son tube "Ma Philosophie". Mais comme bon nombre de femmes qui ont connu le surpoids, elle a également connu les régimes à répétition, et les changements de silhouette plus ou moins durables qui vont avec. Actuellement enceinte de son troisième enfant, après une fausse-couche difficile à vivre, elle s'est confiée avec émotion sur le plateau de "The Voice" le 5 mars dernier.

Morgane, une adolescente de 16 ans en surpoids a repris le morceau "Corps" d'Yseult. "Je me suis longtemps considérée comme un corps et pas comme une jeune fille. Grâce à cette chanson, j'ai pu comprendre que la musique ne s'arrêtait pas qu'à un corps. Avant, pour moi, mon corps c'était une phobie, je ne me regardais même pas dans la glace. Depuis que j'ai découvert cette chanson, je me sens belle, je me sens moi-même, je me sens écoutée sans être jugée", a confié la jeune femme. Un discours qui a beaucoup touché Amel Bent, même si ses mots n'ont pas vraiment plu aux internautes : "Je me retourne, je te vois, je me dis que tu n’as évidemment pas dû choisir cette chanson par hasard. Elle doit dire beaucoup pour toi. Une chanteuse comme Yseult et plein d'autres elles font du bien. C'est des chansons qui font du bien parce qu'elles nous aident à nous sentir acceptés."

Amel Bent face à la grossophobie

"J'étais aussi très malheureuse par rapport à mon physique. Je sais ce que tu traverses. Chanter, monter sur scène, c'est déjà se mettre à nu, quand on vient chanter cette chanson avec le parcours que tu as eu et que tu dois avoir par rapport à ton apparence, c'est normal", a confié la coach, émue avant de préciser : "On a beau être dans une dynamique de body positive, il faut les porter, les kilos."

Impossible de le nier, et toutes les personnes engagées dans le mouvement body-posi seront d'accord avec elle. Être gros·se dans une société où la minceur et la maigreur sont glorifiées, même une personne en surpoids qui se sent bien dans sa peau aura des journées difficiles, des journées où elle rêve de minceur. Non pas pour se sentir mieux pour elle-même, mais pour ne plus avoir à subir la grossophobie quotidienne. Cette dernière se vit à tous les niveaux, que ce soit dans les enseignes de mode qui ne dépassent pas la taille 44, dans le manque de représentation à la télévision ou au cinéma, dans les publicités, dans le monde médical. Et surtout, dans le regard des gens qui estiment que les gros·ses sont juste des gens qui manquent de motivation, et préfèrent rester affalés sur leur canapé à se gaver plutôt que de prendre leur vie en main et de faire du sport. "Ça reste un combat tous les jours. Je voulais te dire à quel point je te trouve forte, courageuse."

La coach de "The Voice" a toujours été très transparente avec ses fans au sujet de son apparence, de son poids et de ses complexes : "J’ai fait la paix avec mon corps. Je ne suis pas maigre non plus. J'ai toujours des formes, c'est ma morphologie. Je n'ai pas perdu 40 kilos comme j'ai pu le lire sur Internet. J'en ai perdu 10. Je pesais 70 kilos et maintenant 60. Mais comme je mesure 1m60, ça se voit, et encore plus parce que je passe régulièrement à la télévision", avait-elle confié à TV Grandes Chaînes. "La plupart du temps, le surpoids est dû à une anomalie génétique, une maladie ou autre chose. Lorsque c'est lié à l'alimentation, c'est souvent à cause de problèmes psychologiques. Moi j’ai réglé tous mes problèmes, ce qui m'a permis de changer mon alimentation et par conséquent mon corps." Et en attendant, elle aimerait qu'on la laisse tranquille au sujet de son apparence. Comme tout le monde, en fait.

À LIRE AUSSI

>> La Face Katché - Amel Bent : "Tout le monde n'est pas prêt à avoir une Rebeu sur le fauteuil. On m'a dit : "Va faire The Voice à Alger""

>> "Il faut les porter les kilos..." : Amel Bent fait de touchantes confidences sur le surpoids

>> Enceinte, Amel Bent défile fièrement pour la Fashion Week de Paris

À voir également : Amel Bent enceinte : elle fait sensation à la Fashion Week, en robe moulante

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles