Amour fusionnel : un danger pour le couple ?

Qu’est-ce que l’amour fusionnel ?

Un amour fusionnel désigne, dans le meilleur des cas, un amour où la dépendance est réciproque, reconnue et assumée par les deux partenaires. Dans une relation fusionnelle, l’un et l’autre ne peuvent se passer de l’autre, c’est en quelque sorte lorsque « 1 et 1 ne font qu’1 ». Un amour fusionnel implique donc une dépendance affective. Mais contrairement à ce que l’on peut souvent penser, une dépendance affective n’est pas forcément une chose négative, et peut être heureuse, bien vécue, car bien « aménagée ».

Sous un aspect moins positif, l’amour fusionnel est un amour où la personne peine à accepter la différence, l'indépendance de l’autre, son autonomie en dehors du couple. C’est une relation où l’un appartient à l’autre, où l’on désire ou sollicite en permanence la préférence, la présence, la suprématie, l’exclusivité. Dans ce cas, l'un n’existe pas sans l’autre.

Un amour fusionnel tel qu’il est décrit ici, privilégie la relation amoureuse sur tout autre relation. C’est un amour qui met en dehors du monde, qui est souvent soumis ou guidé par un très fort idéal. Dans ce type de relation, les partenaires voudraient toujours être sur la même longueur d’ondes, éviter les conflits, que la relation soit lisse, sans aspérité… Mais quand les désaccords surgissent, ils peuvent ainsi donner lieu à des crises.

En désirant et en cultivant l’harmonie dans le couple de cette manière, quand surgit un tiers, la jalousie s’exprime, et l’inquiétude surgit. Et il en faut peu, parfois, pour que l’harmonie soit rompue au sein de cette bulle, que cette relation privilégiée entretient !

Amour fusionnel : comment savoir si je suis dans une relation fusionnelle ?

Certains signes peuvent indiquer que vous êtes dans un amour dit « fusionnel » comme :

Être en accord parfait, tout le temps avec l’autre, et fonctionner de cette manière de façon systématiqueObserver qu’au moindre désaccord, le sentiment d’insécurité se manifeste et entraîne une forte contrariétéCes

(...) Cliquez ici pour voir la suite