Angèle atomisée par Cauet : son frère, Roméo Elvis, le pulvérise

Jusqu’où ira la guéguerre entre Cauet et Angèle ? Vendredi 20 mars, l’animateur de C’Cauet sur NRJ s’en est une nouvelle pris à la chanteuse, l’accusant de ne pas être solidaire. En soutien au personnel hospitalier, le père de famille a demandé à plusieurs artistes de faire don d’un objet personnel pour récolter de l’argent au profit des soignants. Une proposition que la célèbre interprète de Balance ton quoi aurait refusée. "Tout le monde a dit oui, sauf une artiste qui a dit non. (…) Celle qui a dit non c’est Angèle ! Je trouve ça tellement naze de dire non alors que c’est pour donner de l’argent, alors qu’on est en pleine épidémie, qu’on ne demande pas de chanter, pas de concert, juste de donner un objet, c’est la seule qui a dit non", s’est indigné Cauet dans son émission quotidienne.

Empêtrée dans une nouvelle polémique, Angèle s’est alors emparée de son compte Twitter pour rétablir sa vérité. Après avoir expliqué qu’elle mettait un point d’honneur à respecter le confinement et qu’elle n’était actuellement pas dans son appartement, l’artiste a fait savoir qu’elle aidait déjà les hôpitaux à sa façon. "J’ai décidé de soutenir ce qui se passe, autrement, en agissant, en direct auprès d’associations médicales, en faisant des dons pour acheter des respirateurs qui viennent à manquer dans les hôpitaux notamment", a-t-elle écrit dans un message publié samedi 21 mars.

Roméo Elvis, le frère d'Angèle, s'en mêle

Quelques heures plus tard, Angèle a pu compter sur son frère Roméo Elvis pour la défendre publiquement. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Cauet n’a pas été épargné. "Chaque fois, je me retiens de te traiter de m**** parce que mon équipe me le demande pour rester diplomate et parce qu'on veut jouer le jeu des radios", a réagi le rappeur dans sa story Instagram. Et de poursuivre avec toujours autant de virulence : "Je te le dis ouvertement Cauet : tu es une m****. Tu t’en prends à ma sœur à n’importe quelle occasion parce qu’elle refuse de jouer le jeu de ton

(...) Cliquez ici pour voir la suite