Angèle en couverture de “Paris Match” : les raisons de son énorme coup de gueule

Angèle n’a plus envie de faire l’ange... et elle le fait savoir. En découvrant la titraille qui accompagnait la Une du dernier numéro de Paris Match, en kiosque jeudi 12 mars 2020, l’autrice, compositrice et interprète belge qui a explosé en France ces dernières années n’a pas pu s’empêcher d’ironiser sur les réseaux sociaux. Et pour cause : sur la couverture, on peut voir la célèbre chanteuse de 24 ans vêtue d’un tailleur rose fushia et d’un crop top gris, assise sur un fauteuil. En titre : “Génération Angèle”. Et en sous-titre : “Subversive mais pas agressive, la nouvelle idole des jeunes.” L’intention était peut-être bonne mais la formule est on ne peut plus maladroite, si ce n’est déplacée, puisqu’elle reprend le cliché des féministes cataloguées comme étant “agressives” et en colère. Alors que, le féminisme, selon Angèle (et selon le dictionnaire…) n’a pour but que l’égalité des droits entre les femmes et les hommes. Sur son compte Instagram, la star, connue pour ses prises de position et ses textes engagés, a partagé en story [une publication éphémère, ndlr.], sur Instagram, ladite Une en ajoutant des commentaires bien sentis : “Cette coupe, ma pause, ce costume, cette couleur, ce titre”, a-t-elle ainsi commenté, ajoutant de nombreux Emojis destinés à exprimer son choc, sa stupéfaction, sa désolation et son dégoût. Dans une autre story, elle entoure d’un rond rouge le sous-titre “Subversive mais pas agressive”, ajoutant un gif censé montrer son incompréhension. Enfin, dans une autre publication, elle explicite sa pensée en prenant la plume plus longuement.

"On l’ouvre mais en restant jolie et polie s’il-vous-plaît"

“La photo date de 2018”, commence Angèle. “Je ne l’avais jamais validée. Au-delà du fait qu’ils vendent cette photo en couverture sans mon consentement, en considérant que je n’ai pas mon mot à dire, ils rallient mon image, mon nom et toute une ‘génération’, carrément, dans la case de : jeune fille (en rose) qui ose donner son avis (donc ‘subversive’...

(...) Cliquez ici pour voir la suite