Ces animaux qui nous soignent

·1 min de lecture

Meringue, le chinchilla, Ratus, le rat et Noël, la tourterelle se rendent régulièrement dans le service d’oncologie pédiatrique de l’hôpital de Dijon pour égayer le quotidien des jeunes patients. Leur rôle de "soignant" est essentiel. Ces animaux médiateurs, – chien, cheval, âne, oiseaux et animaux de la ferme - ont fait leur entrée dans les établissements sanitaires et médico-sociaux. Selon la Fondation Sommer qui promeut la médiation animale, 85% des structures (EHPAD, CHU, Institut médico-éducatif, maison d’accueil spécialisé…) y ont recours. Depuis les travaux précurseurs du pédopsychiatre américain Boris Levinson il y a 60 ans, les recherches ont mis au jour les bénéfices de la présence animale, tant sur le plan affectif, social, sensoriel que psychomoteur. Le chien reste l’animal de prédilection, surtout chez les personnes âgées. Doué d'empathie, il sait se rendre attachant et nouer une relation immédiate. Le cheval, qui arrive en deuxième position, est également très apprécié. Pour les personnes handicapées ou en difficultés sociales, s’occuper d’un équidé redonne confiance en soi. Des ateliers de médiation équine visent également à faciliter la réinsertion de femmes détenues. Ce genre d'initiatives se multiplient au sein des établissements pénitentiaires. À Oléron, ce sont des ânes qui stimulent les jeunes handicapés du Centre Hélio-Marin. Si la pratique se diffuse largement en France, "Il s’agit d’une action complémentaire dans le cadre d’un accompagnement plus global. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles