Anna Anderson, la «Mademoiselle Inconnue» qui se fît passer pour Anastasia Romanov

·1 min de lecture
© Domaine public

Évoquer la vie d'Anna Anderson, c'est raconter une histoire en deux épisodes. Le premier se déroule à l'été 1918 à Ekaterinbourg, à 1500 kilomètres à l'est de Moscou. A la mi-juillet, cela fait plusieurs semaines que la villa Ipatiev accueille le tsar déchu Nicolas II, la tsarine Alexandra et leurs cinq enfants. Et parmi eux, Anastasia Romanov, la plus jeune des quatre filles du couple âgée alors de 17 ans. La demeure est une prison de moins en moins dorée pour la famille impériale, emportée en 1917 par la Révolution russe. 

>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern tous les jours de 16h à 18h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Les Romanov y vivent cloîtrés avec leurs derniers serviteurs, coupés du monde par la Tcheka, la police politique du régime bolchevique. A l'été 1918, alors que la guerre civile fait rage entre le pouvoir rouge et les armées blanches, celles des Russes restés fidèles au tsar, on décide d'en finir avec les Romanov.

La naissance de "Mademoiselle Inconnue"

Dans la nuit du 16 au 17 juillet, le tsar et sa famille sont réveillés, et traînés à la cave avec leurs derniers serviteurs. Un commando les abat à coups de fusil, avant d'achever les mourants d'une balle dans la tête ou à coups de baïonnette. Les corps sont ensuite transportés à une vingtaine de kilomètres de là, brûlés à l'acide et à l'essence, puis enterrés dans les bois.

Le second épisode commence 18 mois plus tard à Berlin, le 27 février 1920, avec le sa...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles