Anne Sinclair : DSK, ses parents, son enfance... ces Mémoires qu'elle avait juré ne jamais écrire

·1 min de lecture

Anne Sinclair fait toujours l'évènement. Femme Actuelle avait eu l'honneur de la rencontrer à l’occasion des trente-cinq ans du magazine. Elle était revenue pour nous sur ses années passées à la tête de 7/7 jusqu'en 1997, s’était souvenue avec humour et parfois émotion de ce temps où la politique et l'économie étaient réservées aux hommes. "Les politiques m'intimident moins que les artistes", nous avait-elle confié alors.

La lire est tout autant un plaisir que la rencontrer. Ce fut le cas avec 21 rue La Boétie en 2012, dans lequel elle raconte que du haut de ses quatre ans, elle avait demandé à Marie Laurencin de faire bien attention à la couleur de ses yeux. (Amusez-vous d'ailleurs à la reconnaître dans le tableau). Nous avions lu avec grande attention sa Chronique d'une France blessée, parue en 2017, dans laquelle elle parlait de Nicolas Sarkozy, Karl Lagerfeld, Karine Le Marchand et bien d’autres. Et c’est avec une vive émotion que nous l’avions interrogée en 2020 à l'occasion de la parution de La rafle des notables du 12 décembre 1941, dont elle ignorait tout. Rafle lors de laquelle son grand-père paternel Léonce Schwartz, avait été arrêté à Paris par les Nazis avec 743 juifs français avant d'être déporté à Compiègne.

Autant dire donc que attendons avec une impatience patinée de curiosité son prochain livre, Passé composé, à paraître le 6 juin prochain chez Grasset (384 p., 22 €). Anne Sinclair avait juré ne jamais écrire ses Mémoires, et ne s’en cache pas ! "Je me suis longtemps (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite