Annie Ernaux : future prix Nobel de littérature ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les résultats du prix Nobel de littérature seront annoncés jeudi 7 dans la matinée, mais déjà, la rumeur bruisse : sept ans après Patrick Modiano, la France pourrait être honorée une nouvelle fois. Trois raisons de penser que 2021 restera comme l’année Annie Ernaux.

C’est l’idole de la jeune génération

Pourquoi une femme de 81 ans, qui a toujours écrit sur l’intime en évitant soigneusement grandes théories et polémiques, est-elle aussi souvent citée par la fine fleur de l’intelligentsia actuelle ? Si Celine Sciamma, Edouard Louis, Virginie Despentes et tant d’autres disent leur admiration, c’est qu'Annie Ernaux est une immense conteuse sociale, qui plonge la plume dans la plaie de ses propres blessures.

À lire >> Littérature : ces livres que neuf écrivaines transmettent à leurs enfants

Elle est devenue la star des salles obscures

Après le bouleversant « Passion simple », réalisé par Daniele Arbid, en salle cet été, il y a dix jours est sorti le touchant documentaire « J’ai aimé vivre là », dans lequel l’autrice raconte au réalisateur Régis Sauder son quotidien dans la ville de Cergy Pontoise, bien loin du Paris qui pétille et qui cancanne. Et tout le monde attend la sortie le 24 novembre de « L’événement » récit de son avortement clandestin, porté à l’écran par la surdouée Audrey Diwan. Le film a emporté le Lion d’Or au festival de Venise à l’unanimité du jury, chose rarissime... et prometteuse. 

Les bookmakers croient en elle !

Certes, la concurrence est rude : Ernaux a face à elle des pointures telles Margaret Atwood, Haruki Murakami, Ngũgĩ wa Thiong’o, Anne Carson et même une compatriote, la guadeloupéenne Maryse Condé. Mais le « Guardian » affirme que les bookmakers...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles