Anny Duperey : quand des médecins l'accusaient d’inventer les effets secondaires du Levothyrox

Le combat contre le Levothyrox est loin d’être terminé. Anny Duperey a pris ce médicament pendant près de 15 ans, avant de remarquer des effets secondaires indésirables. Depuis le printemps 2017, qui marque le changement de formule du médicament, l’actrice et de nombreuses autres victimes ont pris la parole pour dénoncer l’enfer qu’elles vivaient. Invitée sur le plateau de Vivement dimanche prochain, lundi 1er décembre 2019, Anny Duperey est une nouvelle fois venue s’exprimer sur cette “crise sanitaire” qui a bouleversé la vie de nombreux malades. La comédienne de 72 ans était venue présenter le livre Les Résistantes, écrit par Florence Méréo. Cet ouvrage regroupe un ensemble de témoignages de femmes qui se battent pour faire bouger la médecine. Atteinte d’hypothyroïdie, une maladie affectant plus souvent les femmes que les hommes, Anny Duperey raconte son quotidien difficile et le comportement de certains médecins à son égard.

⋙ Vidéo - Anny Duperey malade : sa "grosse colère" après la remarque d'un médecin

Sur le canapé rouge de Michel Drucker, la vedette d’Une famille formidable revient sur les railleries qu’elle a subies de la part de professionnels de santé lui reprochant sa célébrité. “Il y a certains médecins qui ont même parlé d’un ‘syndrome Duperey’, comme quoi les médias auraient créé les effets secondaires. C’était moi la vilaine”, indique-t-elle face aux téléspectateurs de France 2. Le changement de formule du Levothyrox a en effet provoqué des effets indésirables chez les malades : vertiges, intenses maux de tête, crampes, immense fatigue... Comme beaucoup, Anny Duperey ne comprenait d’où provenaient ces symptômes pour le moins handicapants. “Je ne comprenais pas ce qu’il se passait jusqu’à ce qu’une femme, Sylvie Robache, la vraie lanceuse d’alerte, ait fait une pétition, et que je comprenne enfin que c’était à cause de ça”, explique-t-elle face à Michel Drucker. Depuis cette prise de parole, la comédienne n’hésite pas à intervenir dans les médias pour parler

(...) Cliquez ici pour voir la suite