Anthénea : la maison pour vivre sur l’eau

·1 min de lecture

Ce « nénuphar » high-tech inspiré de « James Bond » pourrait être l’habitat flottant de demain. Mobile, écolo et donc futuriste. Inventé en Bretagne, il séduit déjà certains groupes hôteliers.

C’est une capsule dodécagonale, recouverte d’un dôme. Elle est classée en tant que bateau (de catégorie C) mais s’apparente surtout à un loft paisiblement nomade. Imaginé par Jean-Michel Ducancelle, architecte naval et navigateur, Anthénea est le fruit de son coup de foudre pour la pieuvre mécanique dans « L’espion qui m’aimait » mais s’inspire aussi de la célèbre villa bulle de Cardin (à laquelle Jean-Michel Ducancelle a participé).

La prouesse d’Anthénea, c’est son impact nul sur la faune et la flore marines ainsi que la myriade de détails qui en font un ovni quasi parfait pour tous ceux qui souhaitent embrasser un style de vie aquatique solidement tourné vers le futur. Cette soucoupe flottante est ronde comme une méduse car c’est la forme optimale de résistance à des conditions extrêmes de vie sur l’eau et cela augmente sa stabilité et sa portance. Son inventeur assure qu’Anthénea est insubmersible, avec un envahissement au maximum à hauteur des genoux en cas de brèche majeure.

299 000 euros. La capsule entièrement meublée commandée par les hôtels de luxe.
299 000 euros. La capsule entièrement meublée commandée par les hôtels de luxe.

299 000 euros. La capsule entièrement meublée commandée par les hôtels de luxe. © DR (...)
Lire la suite sur Paris Match