Anthrax : qu’est-ce que la maladie du charbon ?

En France, on appelle souvent la maladie du charbon par son nom anglophone : anthrax. Ce dernier vient lui même du nom de la bactérie responsable de la maladie le Bacillus Anthracis.

Maladie du charbon : qu’est-ce que c’est ?

"La maladie du charbon est due à une bactérie appelée Bacillus Anthracis, bactérie en bâtonnets, aérobie ou anaérobie selon les circonstances, produisant une ou plusieurs toxines dont la principale entraîne un gonflement des tissus (oedème) pouvant entraîner la mort en quelques minutes ou quelques heures", explique le Docteur Gaucher.

Elle peut se mettre en forme de spore, qui lui permet de résister pendant des dizaines d'années dans des conditions inappropriées à son développement. Ce qui explique sa réapparition en Sibérie l'été 2016 sur le cadavre congelé d'un renne mort de charbon au siècle dernier et réapparu à l'occasion du réchauffement climatique et de la fonte des glaces dans cette région. 

Comment est transmise la maladie du charbon ?

Elle est transmise par les animaux et leurs déjections ou leur viande. Les races les plus touchées sont par ordre de fréquence :

Le moutonLe chevalLes bovinsles oiseaux

Les carnivores sont moins touchés, les oiseaux et les animaux à sang froid sont épargnés, sauf l'autruche. "La maladie du charbon est transmise à l'homme par contact direct avec la peau et la toison d'animaux infectés l'inhalation de spores de la bactérie, l'ingestion de spores ou de bactéries contenues dans la viande d'animaux infectés", détaille le médecin.

Quels sont les symptômes de la maladie du charbon ?

Elle présente trois formes possibles, dermatologique, pulmonaire ou digestive mais la plus fréquente chez les humains est la forme cutanée. La forme pulmonaire, utilisée en bio-terrorisme dans des enveloppes contaminées, est la plus sévère de la maladie. Les spores vont alors se nicher dans les alvéoles pulmonaires et coloniser le système lymphatique. "Les signes cutanés sont l'apparition d'une rougeur et d'un gonflement douloureux autour

(...) Cliquez ici pour voir la suite