Quel anti-cernes choisir après 50 ans ?

Qu’ils soient bleutés ou violacés, creux ou bombés, les cernes marquent le visage et donnent l’air fatigué. "Et plus le temps passe, plus le regard devient une préoccupation importante", souligne Magali Marx, make-up expert Clarins, qui rappelle l’importance du soin. Avant même de camoufler avec un anti-cernes, celle-ci recommande de déposer, matin et soir, un soin spécifique et de masser le contour des yeux à l’aide de petites pressions drainantes faites à la pulpe des doigts, de l’intérieur vers l’extérieur du visage. Stimuler ainsi la microcirculation défatigue immédiatement le regard. Une fois l’étape soin passée, c’est le moment de sortir le correcteur.

Puisqu’on cherche à apaiser une zone sombre, il faut choisir une nuance un demi-ton plus claire que celle de notre teint. Si le cerne est foncé et très visible, le correcteur devra renfermer des pigments orange (corail) pour le neutraliser. En cas de poches, la maquilleuse préconise une teinte identique à celle du fond de teint car le clair fait ressortir tout ce qui est "bombé".

Lorsque le cerne est léger, une formule fluide pour camoufler sa couleur sera suffisante. Si, au contraire, il nécessite davantage de couvrance, optez pour une version plus crémeuse. Attention, une texture trop riche risquerait de migrer dans les ridules de la patte d’oie ou de mettre en valeur certains défauts. Pour éviter cela, déposez de la poudre avec parcimonie : mieux vaut en rajouter qu’essayer d’en retirer, parole de pro ! Enfin, pensez à chauffer (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles