Anti-moustique : pensez aux plantes carnivores

Les plantes carnivores sont fascinantes avec leurs feuilles animées ou leurs mâchoires impitoyables. Les enfants en raffolent. Les insectes, comme les mouches, les moustiques et les araignées les craignent. Et les fous de décoration savent tirer partie de leurs dangereux atouts mais aussi de leur allure un brin inquiétante pour sublimer les atmosphères épurées et y injecter une touche d'étrangeté.

Quatre croqueuses d'insectes

La dionée attrape-mouche a un parfum sucré qui envoûte les insectes. Ils n'y résistent pas et viennent se poser entre les deux feuilles qui constituent sa mâchoire rouge. Et le piège se referme sur l’intrus qui sera digéré en deux jours. La proie s'échappe ? La dionée boudera en silence quelques heures puis rouvrira la bouche.

La sarracène, elle, déploie des trésors de charmes comme ses rosettes qui se terminent en calices colorés contenant un irrésistible nectar. Les bords supérieurs de ces cônes sont particulièrement glissants. Une pause sur ces rives est périlleuse : un pas de côté et l'on tombe dans le bain fatal. On y périt en douceur...

Chez les népenthes, même stratagème , elles sont dotées d'élégantes et majestueuses coupes... qui sont en réalité d'impitoyables pièges, de véritables pistes savonneuses qui conduisent les plus audacieux vers une mélasse qui les digère lentement. Un artifice qui fascine les réseaux sociaux et que l'on peut découvrir sous l’hashtag #nobugsjugs.

Enfin, le droséra choisit d'en mettre plein les yeux avec ses superbes teintes qui attirent les curieux sur ses tentacules dont les extrémités sont habillées d'une substance brillante... Qui s'y frotte s'y colle ! La feuille n'a plus qu'à se replier autour du visiteur immobilisé pour le consommer... Bon appétit !

Des marécages aux lofts

Derrière ces plantes formidablement inventives, il y a évidemment une histoire... Les plantes carnivores se sont ainsi épanouies dans des environnements humides sur des substrats pauvres en azote. Ces belles originales sont donc tout simplement

(...) Cliquez ici pour voir la suite