Anticernes : 5 idées reçues à bannir absolument

1/ Plus il y en a, mieux c’est !

Faux. L’idée selon laquelle il faut mettre beaucoup de matière pour cacher des cernes est fausse. Trop d’anticernes risque même d’avoir l’effet inverse que celui escompté et créer un effet plâtre (ou “cakey”) et plus pâle au niveau des cernes et donc d’attirer l’attention dessus.

2/ Il faut choisir un anticernes de la même couleur que sa peau

Le choix de la couleur de l’anticernes dépend en partie de votre carnation. Les maquilleurs conseillent de choisir un produit d’un ton plus clair que votre couleur de peau. Attention à ne pas le prendre trop foncé ou trop clair, au risque de paraître malade. Pour trouver la couleur d’anticernes idéale, il faut également prendre en compte la teinte de vos cernes. Si elles sont violacées, optez plutôt pour du beige aux sous-tons jaunes. S’ils sont plutôt bruns, un produit aux sous-tons orangés vous conviendra davantage.

3/ Il doit être appliqué avant le fond de teint

Deux écoles s’affrontent. Cependant, la grande majorité de make-up artistes s’accordent pour dire que l’anticernes doit être appliqué après le fond de teint. La raison ? Le fond de teint permet d’unifier la peau et de masquer les éventuelles imperfections alors que l’anticernes ou correcteur sert à résoudre des problématiques spécifiques. Il faut unifier globalement le teint avant de masquer petit à petit les imperfections localisées qui seraient encore visibles ou les cernes.

4/ On ne peut pas mettre de l’anticernes si on ne met pas de fond de teint

Rien ne vous empêche de vouloir camoufler vos cernes, même si vous ne mettez pas de fond de teint. En effet, s’il est correctement choisi (en fonction de la couleur de la peau et du cerne), il peut très bien être adopté sur une peau non maquillée.

5/ Il faut absolument poudrer son anticernes

Cette étape permettrait de fixer le produit pour qu’il reste toute la journée. Il s’agit d’appliquer une poudre libre, colorée ou blanche, sur l’anticernes, avec un pinceau assez épais. Si poudrer le dessous

(...) Cliquez ici pour voir la suite