Antiféministe, gaffeur : qui est le nouveau président sud-coréen, comparé à Donald Trump ?

Investi mardi pour un mandat de cinq ans, le conservateur Yoon Suk-yeol, novice en politique, a marqué la campagne par ses prises de position antiféministes et ses déclarations choc sur la pauvreté ou la guerre en Ukraine.

Élu début mars, c’est ce mardi que le nouveau président sud-coréen Yoon Suk-yeol a pris ses fonctions, après une cérémonie d’investiture géante qui se déroulait à l'Assemblée nationale à Séoul.

« Je jure solennellement devant le peuple que j'accomplirai fidèlement les devoirs de président », cet ancien procureur de 61 ans, dont les déclarations polémiques ont émaillé la campagne électorale et lui ont valu d’être comparé à Donald Trump.

Lire aussi >> Les pires tweets du mandat de Donald Trump

Un novice en politique

Comme l’ancien président américain, Yoon Suk-yeol est un novice en politique pourtant bien connu du grand public. Non pas en tant que magnat de l’immobilier, mais comme procureur inflexible, quand il travaillait sur des scandales de corruption éclaboussant de hauts responsables du pays.

Il a notamment joué un rôle clé dans la chute de l'ancienne présidente Park Geun-hye pour abus de pouvoir en 2017. Désigné premier procureur du pays en 2019, il a également inculpé un proche collaborateur du président sortant Moon Jae-in pour fraude et corruption. Cette affaire a terni l'image d'intégrité de l'administration Moon, qui avait pourtant nommé Yoon Suk-yeol à son poste.

Vainqueur des primaires du Parti du pouvoir au peuple (le PPP, marqué à droite), il est rapidement devenu une « icône » pour les conservateurs, parce qu’il était « considéré comme la meilleure personne pour battre le candidat du Parti démocrate,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles