Publicité

Anxiété sociale : une étude révèle que ceux qui en souffrent interprètent différemment les expressions faciales

À chaque fois, c'est le même scénario. Lorsque vous débarquez à une soirée où vous ne connaissez personne, une peur s'empare de vous. Vient alors la question : "Mais que vont penser les autres de moi ?" Signe d'un trouble d'anxiété sociale, celui-ci se caractérise par une gêne, une humiliation, un rejet ou un mépris lors des interactions sociales. Selon une étude de la Haute autorité de santé, 4,7 % des adultes de 18 à 65 ans souffriront d'anxiété sociale au cours de leur vie, qui se manifeste généralement par la peur extrême de parler ou manger en public, de rencontrer de nouvelles personnes… mais aussi, par la façon d'interpréter les expressions faciales.

C'est en effet ce qu'ont découvert des chercheur·euses chinois·es dans une étude publiée dans la revue Psychophysiology. Iels ont ainsi découvert que les personnes qui souffrent de troubles de l'anxiété sociale ont une manière unique d'interpréter les expressions faciales, en particulier dans des contextes négatifs. Pour en arriver à ce constat, 62 étudiant·es chinois·es ont été divisés en deux groupes : d'un côté celleux souffrant d'anxiété sociale, et de l'autre, celleux qui n'en souffrent pas.

Grâce à l'électroencéphalographie (EEG), une méthode d'enregistrement de l'activité électrique du cerveau, les réactions cérébrales des participant·es ont été étudiées lorsqu'on leur présentait des expressions faciales, allant de la colère à la joie, en passant par des expressions neutres, et ce, dans des contextes positifs et négatifs. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Santé mentale : pourquoi nous devrions tous faire un câlin à une vache
Bien-être : une étude révèle le sport bénéfique pour les femmes
Noël : 3 conseils pour ne pas dépasser un budget serré pour les cadeaux
Manger des pâtes rend heureux selon une étude, mais pourquoi ?
Travail : c'est quoi le mentorat inversé qui aide à lutter contre le syndrome de l'imposteur ?