Apnée du sommeil et coronavirus : quels sont les risques ?

L’apnée du sommeil est un trouble fréquent et connu, surtout chez les personnes de plus de 65 ans (30% en souffriraient). Il s’agit d’interruption de la respiration pendant des périodes pouvant aller de 10 à 30 secondes. Les conséquences de cette affection respiratoire peuvent être graves mais il existe des traitements pour y remédier, dits par pression positive continue (PCC).

Concrètement, il s’agit d’une machine qui dégage les voies respiratoires pendant le sommeil pour empêcher le phénomène d’apnée de se produire. Ces appareils peuvent-ils présenter un danger pour un patient atteint du covid-19 ? “Il n’y a aucune donnée sur les conséquences cliniques du traitement par PPC chez les patients avec SAS infectés par le Covid-19, explique la Société française de pneumologie. En revanche, la fuite intentionnelle au masque et les forts débits d’air délivrés par la machine pourraient contribuer à diffuser le virus dans l’environnement du patient, et exposer son entourage proche.”

Dès lors, que faire si on est contaminé et sujet aux apnées du sommeil ? Les médecins conseillent “d'informer le médecin prescripteur et le prestataire de soin à domicile (par téléphone ou courrier électronique) et de ne pas utiliser sa PPC à proximité de son entourage familial (chambres séparées si possible). Un arrêt temporaire du traitement pendant la durée de contagiosité pourra être discuté avec le médecin prescripteur (impossibilité de chambres séparées et conjointe ou conjoint à risque dans la chambre).” Enfin, soulignons que ces « masques PCC » ne constituent en rien des protections contre le coronavirus.

Pour le reste, la science n’a pour l’heure pas indiqué que les personnes souffrant d’apnée du sommeil étaient plus vulnérables au coronavirus, mais ces affections respiratoires sont souvent associées à d’autres pathologies comme le diabète, l’obésité ou l’hypertension qui sont autant de risques de développer une forme grave du covid-19. La prudence doit donc redoubler…

⋙ Traumatisé par le

(...) Cliquez ici pour voir la suite