Un "appel à la prière" au procès du 13 novembre : cet incident troublant pendant une audience

·1 min de lecture

Ouvert depuis le mercredi 8 septembre 2021, le procès des attentats meurtriers qui ont eu lieu à Paris le 13 novembre 2015 est prévu pour durer pas moins de 9 mois. Comme de nombreux médias, l'émission Quotidien suit de très près les différentes audiences qui se déroulent chaque jour au palais de justice. Le journaliste Azzeddine Ahmed-Chaouch était présent sur place mardi 28 septembre 2021. Interrogé par Yann Barthès en duplex sur TMC le même jour, le reporter a relaté un incident qui s'est produit durant une audience, impliquant l'un des avocats des parties civiles. Le journaliste a décrit tout d'abord cet événement comme étant un "fait d'audience, un incident quelque peu surprenant".

Celui-ci s'est déroulé durant le témoignage d'un des gendarmes qui était présent aux abords du Stade de France le soir où plusieurs kamikazes se sont faits exploser. Azzeddine Ahmed-Chaouch précise qu'il s'agissait d'un "témoignage poignant", et que le gendarme en question était "au bord des larmes". "À ce moment-là, il y a une musique qui a surgi de la salles. On ne savait pas d'où elle venait", précise le reporter, qui a néanmoins entendu un "appel à la prière musulman avec 'Allahu Akbar'", en tendant l'oreille. Le journaliste a ensuite tenu à souligner qu'il est "interdit de diffuser n'importe quelle musique au sein d'une salle d'audience".

"Le président de la cour d'assises a été surpris. Il a arrêté le gendarme. Il a voulu savoir d'où venait cette musique", a poursuivi journaliste Azzeddine (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles